• Les départs de souterrains depuis la forteresse de Salses, Albert Fagioli.(18 / 05 / 2016)(Photos CMN)

    Les départs de souterrains depuis la forteresse de Salses, Albert Fagioli.(18 / 05 / 2016)(Photos  CMN)

     

    Les départs de souterrains depuis la forteresse de Salses, Albert Fagioli.(18 / 05 / 2016)(Photos  CMN)

    Ben apparemment ce sont ces plans que Monsieur le Ministre de la Culture de l'époque voulait avoir concernant la forteresse de Salses. (Mr André Malraux)
    Mais ce plan ne lui aurait servi à rien car il manque le plus important : " Le petit souterrain qui mène à une salle rectangulaire qui se trouve dans l'enceinte du fort. "

    André Malraux devait connaître ce qu'il pourrait y avoir dans cette salle souterraine. Il a dû avoir accès à certaines archives. Où se trouve le fameux dossier " LAZARE " ?

    Sur ce plan on peut voir les zones de trois départs de souterrains dont l'un en pointillés (certainement connu aujourd'hui)

    « Mais ce n’est pas tout… Dans la foulée monsieur Malraux, après s’être intéressé à Rouen et Gisors, s’oriente tout à coup et sans explications vers la région du Languedoc. Son intérêt se porte particulièrement sur le secteur roussillonnais et la région de Salses. Il serait allé droit au but en réclamant, sans préambule, les plans les plus anciens du château de Salses, l’un des plus remarquable ouvrage d’art militaire en matière de forteresse défensive liée à l’artillerie.

    Visiblement, les documents qu’il obtient de ses services ne semblent pas le satisfaire. Il réitère sa demande en la précisant encore plus : Il souhaite les tracés souterrains des arrivées d’eau du fort. Mais ces plans n’existent plus ou restent introuvables ou très incomplets. A l’évidence monsieur le ministre ne devait pas avoir de difficultés en réclamant rapidement des relevés réalisés sur sa demande. Pourtant il ne pourrait s’agir, même avec la plus grande minutie, que d’un relevé « d’état des lieux actuels » et visiblement ce n’est pas ce qu’il cherche. Les services compétents s’aperçoivent alors que ces archives ne furent jamais en leur possession, sans doute conservées par les autorités catalanes ou espagnoles au moment du rattachement du Roussillon à la France (17ème siècle). Aussi notre ministre en place se serait-il adressé, tout naturellement à son homologue espagnol. Mais si cette démarche semble curieuse (seul intérêt pour les arrivées souterraines d’eaux sous le château) la réponse l’est encore plus !

    Certes sous une forme diplomatique et courtoise, le sens général de la décision du ministère espagnol peut laisser perplexe… La réponse se résumerait à l’impossibilité de donner satisfaction en raison du fait que ces informations seraient classées « CONFIDENTIEL DEFENSE » !

    Jamais monsieur Malraux n’aura ces informations…du moins officiellement !

    Cet échange est tout aussi intriguant dans le sens de la demande que de la réponse. En effet ces infos sont du seul ressort de l’archéologie et il n’y a là, du moins en apparence, rien de bien mystérieux… De plus il n’y avait plus à cette époque le moindre risque de guerre sur les lieux entre l’Espagne et la France. L’énigme resterait entière… Si on ne savait pas que les adductions d’eau du fort de Salses prennent leurs sources sur le secteur d’Opoul et Périllos !...et qu’une gigantesque résurgence, toujours près de Salses, proviendrait d’un véritable fleuve souterrain dont les sources se situeraient sous le Bugarach ! »

     

    Pour en savoir plus , le site d’André Douzet : http://www.societe-perillos.com/malraux.html


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :